A seulement 24 ans, l’ambitieuse Amalia a déjà un palmarès exceptionnel à son actif. Lauréate de nombreux concours dans la mode, elle est passée par trois belles maisons de luxe avant de diriger « Marguerite et Jorge », sa marque de poupées haut-de-gamme pour enfants cousues à la main. Portrait d’une jeune femme déterminée, qui ferait pâlir plus d’un entrepreneur …

Lors de notre rencontre avec Amalia, c’est sa force de caractère qui nous a le plus marqué. A tel point que lorsque nous lui avons demandé son âge nous avions du mal à y croire. On peut dire que la jeune femme sait où elle va, et mène sa carrière tambour battant. Après l’obtention de son BAC à Dijon, Amalia remporte un concours pour intégrer une école de mode. Elle quitte alors son cocon familial et part pour Paris, où elle fait deux années de prépa styliste modéliste. Après un stage de 8 mois chez Sonia Rykiel, elle s’envole direction le Japon, où elle étudie près d’un an et demi. Une opportunité, une fois encore, acquise grâce à l’obtention d’un concours. De retour en France, elle atterrit chez la créatrice de mode Isabelle Marant pour un nouveau stage.

Cette chalengeuse et amoureuse des concours, vous l’avez compris, ne se contente pas d’y participer : elle les remporte, pour sa plus grande fierté ! Sa combativité et son talent lui permettent notamment d’être la lauréate d’un concours organisé par Matel. A l’issu de celui-ci, sa propre Barbie « Barbie Paper », se voit exposée pendant 6 mois au Musée des Arts Décoratifs à Paris.

C’est après une dernière expérience en Maison de couture, chez Céline – où elle est embauchée en CDD comme assistante styliste – qu’elle décide de lancer Marguerite et Jorge. La jeune femme décrit une expérience à la « Le Diable s’habille en Prada » mais salvatrice.  « Je travaillais 80 heures par semaine, avec des gens qui ne vivaient que pour la mode. J’ai vu des collègues ne pas s’alimenter, ne pas dormir et se droguer pour réussir dans le métier. ». Elle qui ne se voyait pas évoluer dans une telle atmosphère, native de Dijon et aspirant à une vie plus saine, a quitté son poste du jour au lendemain, soulagée. « C’était intense, mais cela m’a forgé le caractère » nous confie-t-elle. 

C’est ici que débute sa réflexion sur la création de son entreprise. Amalia planche quelques mois sur le projet, qu’elle construit sans aucune aide, puis revient sur ses terres natales où elle souhaite voir démarrer sa carrière en solo. Un an et demi à peine après le lancement de Marguerite et Jorge et 9 mois après la mise en ligne de son e-shop, Amalia a déjà des ambitions de femme d’affaire « Je souhaite embaucher, avoir mon propre atelier et me développer à l’international tout en gardant mes valeurs artisanales et en restant à taille humaine ».

Pour l’heure, les deux gammes de poupées trouvent déjà leur place auprès d’une clientèle locale, parisienne et du sud de la France. Chaque poupée est unique et n’existe qu’en un seul exemplaire. Dessinées puis cousues à la main, elles se revêtissent de matières naturelles et de tissus français ou européens, un positionnement qui fait rêver les parents d’aujourd’hui. « Chez Marguerite et Jorge nous affirmons notre ambition de devenir l’ambassadeur d’un savoir-faire français d’excellence, une Maison originale offrant aux familles une alternative aux jouets en plastique et aux écrans, par un jouet de qualité, authentique et éthique, un compagnon que les enfants pourront garder dans le temps… » est convaincue Amalia ! Une force de la nature on vous dit …

Retrouvez les poupées et Popelines Maguerite et Jorge sur le eshop www.margueriteetjorge.com/  et en boutique à Dijon chez Jeanine Shop. Pour suivre les aventures d’Amalia et de Marguerite et Jorge c’est par ici @marguerite_et_jorge

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires