Changer de région, changer de vie OUI mais ce n’est pas si facile ! Retour sur mon arrivée à Dijon il y a 6 ans et rencontres avec deux nouvelles dijonnaises …

Six ans ! Je fête ma sixième année ici en Bourgogne ! Que de péripéties en 6 ans. Il a fallu tout reprendre du début, se créer un nouveau réseau professionnel, se trouver un travail, rencontrer du monde et se faire des amis (un peu comme quand on arrive dans une nouvelle école en cours d’années et que les groupes sont déjà créés), s’approprier une région qu’on ne connait que très peu, apprendre ses codes … bref notre arrivée ici a été comme une renaissance. D’ailleurs, nous avons débarqué avec un nouveau-né, ce qui n’a pas facilité les choses puisque je passais mes journées entières dans un endroit où je ne connaissais personne, en début d’hiver, avec un bébé à la maison… Autant vous dire que le moral s’est trouvé bien bas à certains moments et que la première année a été décisive ! Chaque fois que je retrouvais ma famille, je voulais revenir en arrière, retrouver ma vie d’avant… Aujourd’hui, ma vie d’avant je n’en veux plus ! Métro boulot dodo sans voir les enfants le soir ? Trop peu pour moi ! Six ans après, je peux dire que cela aura été long, que tout (re)créer côté professionnel et côté personnel, ce n’est pas de tout repos, que l’on essuie certaines déceptions, que l’on fait de mauvaises rencontres … Mais voilà, six ans après j’ai la chance de m’exprimer ici, un nouveau petit garçon (purement dijonnais, le seul de la famille) est venu agrandir notre famille, j’ai rencontré de belles personnes qui sont désormais des amis, je vis des choses extraordinaires : j’ai eu raison de m’accrocher !

Néanmoins je suis très bien placée pour savoir que pour retrouver du travail quand on change de région, rien n’est facile, qu’ici les portes sont fermées à double tour et que sans réseau on arrive… à rien. C’est assez pessimiste, c’est mon histoire, mon passif et elle ne sera peut-être pas le reflet de la votre. Je suis issue du secteur de la communication, les postes sont rares et en plus je ne connaissais personne, personne, personne. Alors autant vous dire que pour trouver du boulot ça a été La croix et la bannière. J’ai eu une opportunité, ça a duré une semaine, une catastrophe humainement avec la personne qui me recrutait. J’ai quand même entendu « ici c’est pas Paris, ne compte pas sur le même salaire » ou encore « tu as un petit bébé et ton mari fait des déplacements, tu risques de souvent me demander de partir plus tôt pour aller chercher ton fils, tu ne peux pas prétendre à un salaire au dessus de 2 000 euros ». Et c’est une femme, maman, qui me recrutait à l’époque … On est pas là pour débattre du salaire ou du coût de la vie en Bourgogne versus à Paris, je vous dis ça surtout pour vous expliquer les embuches que j’ai pu rencontrer.

Ensuite j’ai créé ma boite, puisque j’aime mon métier, pourquoi ne pas tenter l’expérience. J’ai fait des erreurs, j’ai fait les choses assez rapidement et du coup les premières années n’ont pas été concluantes. D’autant que pour faire de la com’ ici, sans réseau… faut se lever tôt ! Je ferai peut-être un article sur devenir entrepreneur, les erreurs à ne pas commettre et comment bien s’entourer si ça vous intéresse. Et puis là aussi j’ai fait des rencontres humaines, j’ai fait confiance et … je me suis faite avoir, bien roulé dans la farine pour rester polie ! Là encore, je me suis remise tellement en question… Cela faisait plus de deux ans que j’étais en Bourgogne, que je tentais de m’installer professionnellement et encore une fois, je me suis sentie trahie ! Devrais-je tout arrêter ? Trouver un job au Colruyt, après tout je pourrai très bien faire caissière je l’ai fait pendant mes études et au moins j’aurai un salaire et je ne serai pas embêtée… Devrais-je rentrer sur Paris, au moins je serai auprès de ma famille, de mes amis et je pourrai trouver plus facilement du travail…

Et puis ensuite évidemment, quand ça va mal, tout va mal, la merde attire la merde et souvent ça fait effet boule de neige … Alors voilà j’ai essuyé quelques difficultés côté perso et là c’était la goutte d’eau. Comment développer une entreprise, faire bonne figure, être une bonne maman, rester souriante et enthousiaste quand tu rames de tous les côtés… Au passage ici je fais un petit signe à ma famille et mes amies parisiennes qui ont été d’un soutien infaillible.

Et finalement, les choses se sont arrangées, car on a beau ne pas y croire quand on est au plus mal, le temps efface tout ! ACCROCHEZ-VOUS !

Alors j’ai trouvé un job, dans la com’, surtout pour me stabiliser et continuer à faire ce que j’aime. Puis très vite il y a eu le COVID et je suis tombée enceinte. J’ai pris conscience que je n’étais pas faite pour être salariée (je vous passe les grosse difficultés d’intégration avec mes collègues qui m’ont conduite en dépression…), que j’avais un goût d’inachevé avec ma société, que les mauvaises rencontres, les coups durs pouvaient aussi être formateurs et qu’il fallait en tirer du positif. Alors j’ai décidé de tout reprendre à zéro. D’autant qu’avec le temps, mon réseau s’est étoffé, (sur le pro comme sur le perso d’ailleurs, merci l’école c’est super pour se faire des copains quand nos enfants sont scolarisés) et que je suis prête : j’ai retrouvé force et confiance en moi.

Et puis tout s’est enchainé, Gabriel est né, c’est le seul vrai Bourguignon de notre famille et c’est un SOLEIL ! Forte de cette vie de famille qui m’épanouie, je me suis donc relancée comme consultante en communication (mon entreprise s’appelle l’Agence Hello !) et France Bleu Bourgogne m’a remarqué, pour la qualité de mon travail ici sur le blog et sur Instagram et aujourd’hui je vie un rêve à la radio chaque vendredi de 10h à 11h ! S’ils passent par ici, je remercie Florence et Stéphane, de très belles personnes.

On m’avait dit « quand tu crées une société, il faut 5 ans pour t’établir ». Et bien ça a été 5 ans aussi de mon côté pour être pleinement épanouie dans cette nouvelle région. Evidemment je ne vous ment pas depuis toutes ces années, je suis très bien ici, j’aime cette région, j’aime les gens que je rencontre. C’est pour ça que je me suis tant accroché, que j’ai persévéré, que je n’ai pas complètement abandonné. Je savais que je pouvais faire quelques chose ici. M’épanouir professionnellement pour moi c’est aussi important que d’être épanouie au sein de ma famille. Pour être bien à la maison, j’ai besoin d’être bien au boulot, de me sentir utile, de ne pas bousiller mes années d’études et mon expérience parisienne, de me sentir valorisée et valorisante. C’est ainsi, c’est ma personnalité.

Si vous comptez changer de région ou si vous êtes nouveaux ici, ne prenez pas ce récit pour argent comptant. Gardez-le simplement dans un coin de votre tête pour avoir conscience que vous n’êtes pas seul(e)s ! Et non, vous n’êtes pas seul(e)s, c’est en rencontrant de nouveaux dijonnais que je m’en suis aussi rendue compte. Parmi ces personnes, je tenais à vous présenter Carole et Angélique.

Toutes deux sont nouvelles par chez nous (et oui, je peux dire « chez nous » maintenant) et si nous avons un parcours différent les unes des autres, nous sommes toutes passées par les mêmes questions et difficultés dans ce changement de vie. Il m’a paru naturel de vous les présenter et de leur souhaiter la bienvenue !  Voici donc leur interview …

Carole Morinaud, ostéopathe fabuleuse à Darois qui accueille toutes sortes de pathologies et qui est notamment formée sur l’accompagnement ostéopathique de la femme enceinte et en ostéopathie pédiatrique.

D’où viens-tu ? Je suis originaire de la Côte d’Azur, avant d’arriver en Côte d’Or, je vivais sous le soleil de Nice !

Pour quelle raison es-tu venue vivre en Bourgogne ? Nous sommes arrivés le 1er novembre 2019 avec mon mari et notre petite fille, mon mari souhaitait se rapprocher de la région pour raison personnelle.

Qu’est ce qui a été le plus difficile dans ce changement ? J’ai perdu tous mes repères et je subissais une météo complètement à l’opposé de celle dont j’avais l’habitude en Côte d’Azur. J’avais mon cabinet d’ostéopathie sur Nice, il fallait que je reparte de zéro et me créer une nouvelle clientèle ici. Avec un nouveau-né et un confinement qui est arrivé cinq mois après notre emménagement, on peut dire que cela a été difficile, notamment pour faire de nouvelles connaissances et s’intégrer. 

T’es-tu sentie bien accueillie ? Oui très bien accueillie ! Les gens sont ouverts et chaleureux. Je me suis sentie tout de suite à l’aise, pas de chichis ici malgré ce qu’on dit !

Comment as-tu fait pour t’intégrer sur le plan professionnel et personnel ? J’ai ouvert mon cabinet d’ostéopathie dans une ville de campagne, à Darois, dans lequel on retrouve aussi une kiné ainsi qu’une infirmière, ceux sont les seuls contacts réels que j’ai à titre professionnel. Je n’ai pas plus de contact avec les autres professionnels compte tenu du contexte covid survenu 5 mois après mon arrivée et qui demeure malgré tout toujours un peu…  Sur le plan personnel, c’est encore bien difficile aussi compte tenu du contexte de créer des relations amicales; notre enfant n’es pas encore à l’école mais nous comptons bien là-dessus pour faire de nouvelles connaissance l’an prochain. Fort heureusement, une bonne partie de la famille de mon mari vit ici donc nous avons ce contact familial tout de même important.

Es-tu heureuse de vivre ici désormais ? Je suis heureuse de vivre ici, mais la météo est le gros point noir quand on est habitués à l’ensoleillement quasi quotidien !!!

Qu’est-ce que tu ferais différemment (ou pas d’ailleurs) dans ce changement de vie ? Je ne ferais pas différemment malgré la complexité d’un déménagement 10 jours après un accouchement (rires) !

Qu’est-ce qui te plait le plus en Bourgogne et à Dijon ? Ce qui me plait le plus c’est la nature et toutes les choses simples que ça comporte… les chevaux les vaches les moutons visibles très facilement et qui enchantent les enfants, la douceur de vivre, l’espace, le calme.

Pour retrouver Carole dans son cabinet d’ostéopathie c’est au 20 rue de l’aviation à Darois https://osteopathe-dijon-nord.fr – 06 50 66 14 14

Angélique Wagenmann est experte en périnatalité, elle accompagne et conseille les parents et futurs parents jusqu’au trois ans de l’enfant, c’est aussi une merveilleuse formatrice en massages pour bébés

D’où viens-tu ? Avant de débarquer en Bourgogne, j’habitais en Lorraine 

Pourquoi es-tu venue vivre en Bourgogne ? J’ai déménagé il y a trois ans et demi pour suivre mon mari suite à sa mutation professionnelle

Qu’est ce qui a été le plus difficile dans ce changement ? Sans aucun doute la solitude ! Il a été compliqué d’arriver dans une nouvelle région en plein hiver avec 2 enfants dont un bébé de 4 mois sans avoir ni famille ni amis aux alentours.

T’es-tu sentie bien accueillie ? Pas spécialement … Je ne sais pas si c’est parce que nous sommes arrivés en plein hiver mais j’’ai ressenti plutôt un accueil assez froid.

Comment as-tu fait pour t’intégrer sur le plan professionnel et personnel ? 
Côté professionnel, j’ai sauté le pas et j’ai complètement changé de voie en créant mon entreprise en tant que conseillère périnatale. Côté personnel, j’ai intégré des groupes de mamans mais je n’ai pas encore réussi à trouver ma place.

Es-tu heureuse de vivre ici désormais ? Oui ! J’apprécie de plus en plus la région, au point d’y déposer définitivement mes valises et d’être sûre de ne plus vouloir bouger !

Qu’est-ce que tu ferais différemment (ou pas d’ailleurs) dans ce changement de vie ? Si c’était à refaire, je sortirais de mon cocon plus rapidement pour découvrir de nouveaux lieux et rencontrer de nouvelles personnes.

Qu’est-ce qui te plait le plus en Bourgogne et à Dijon ?  Le dynamisme de Dijon et la Nature qu’on retrouve tout autour. J’ai profité de l’été pour explorer la région en famille, il nous reste beaucoup à découvrir, mais maintenant j’ai tout le temps pour le faire. Aussi ce n’est pas très loin de notre région d’origine, ce qui nous permet de voir nos proches, même si cela n’a pas été possible avec les confinements.

Pour faire appel aux services d’Angélique, prendre un cours de massage pour votre enfant (que je recommande vivement pour l’avoir testé) : 0749056162. https://baby-planet.fr/mes-services-accompagnement-perinatal/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires