Un food truck pas comme les autres pour enfin déguster la frite de mon enfance sans modération !

Vous ne le saviez peut-être pas mais avant d’être parisienne, je suis une petite Chti ! Enfin, mes parents plutôt.

Ce qui implique donc que dans ma famille, tout là haut, on parle le patois, on mange des frites, on parle fort, on dit HEIN et on trempe nos tartines de camembert dans notre café le matin !


Alors, lorsque j’ai découvert la campagne de financement participatif du premier Frite Truck de Dijon, créé par trois gaillards originaires du Nord, forcément j’ai craqué. CB en mains, ni une ni deux, je tape mon code et craque mon PEL – bon d’accord, j’exagère un petit peu… – pour retrouver la frite de mon enfance dans ma ville d’adoption. (et puis aussi parce que les noms de leurs menus me font mourir de rire (#HumourPourriBonjour) : « La frite c’est chic », « 2 Be frite », « Billy the frite ».)

A travers cet article, c’est un petit bout de moi que je vous partage mais surtout, c’est LEUR histoire, celle de Davy; Baptiste et Christophe : les co-fondateurs du Frite Truck. Voici donc le portrait de ces 3 acolytes !

 

Lequel d’entre vous est à l’origine du projet ?

Je (Davy) y pense depuis mon arrivée sur Dijon il y a 10 ans. Ce projet a muri dans un coin de ma tête, puis lorsque mon frère (Baptiste) est arrivé à Dijon il y a 3 ans puis que Christophe (le cousin) nous a proposé de se lancer à 3, la création du projet s’est mise en place

La frite belge vous manquait à ce point ?

Dans le Nord et en Belgique, c’est une tradition, aucune fête de village, manifestation ou évènement ne se fait sans la présence d’une friterie. Chaque ville ou village possède sa « baraque à frite ». Lorsque nous vivions encore tous les 3 dans le Nord, nous faisions 40 Km pour aller déguster des frites dans notre friterie préférée « la fritagogo » ! Tradition impossible depuis que nous habitons à Dijon. Il devenait donc nécessaire pour nous de retrouver le goût des frites de notre enfance.

Pourquoi 10 ans après votre arrivée à Dijon et pas avant ?

Je suis arrivé à Dijon il y a 10 ans pour le travail (recherche dans le domaine médical), il était difficile dans ces conditions de monter un projet. À trois, il a été beaucoup plus facile de monter ce projet de food truck sans quitter nos boulots respectifs.

Combien de temps a-t-il fallu pour construire ce projet ?

8 ans d’envie, 1 an de questionnement : « on y va, on y va pas ? », et 1 an de travail acharné pour aller au bout de cette aventure.

  • Combien de kilos de frites consommez-vous par an ?

Impossible à dire, beaucoup trop !!!

La frite, une histoire de famille (une recette de grand-mère ?)

Bien que notre grand-mère faisait sans doute les meilleures frites qu’on ait eu l’occasion de manger (c’est un peu notre madeleine de Proust), elle nous a quitté trop tôt sans avoir le temps de nous léguer sa recette. Nous avons donc décidé de partir à la recherche de la frite parfaite à travers d’innombrables essais et paramètres de cuissons (variations de température, variétés de pomme de terre). Et nous sommes aujourd’hui très fiers du résultat final !

La frite belge ok mais pourquoi pas celle des friteries du Nord puisque c’est votre région d’origine ?

Il y a sans doute pour certain une petite guerre qui existe pour savoir qui est à l’origine des frites et qui a les meilleures (Nordistes, Wallons, Flamands…). Pour nous il y a une méthode traditionnelle reprise par tous avec plus ou moins de réussite. Les belges sont allés plus loin en inscrivant les frites au patrimoine mondiale immatériel de l’Unesco. C’est pourquoi il nous semblait logique d’attribuer les mérites aux Belges !

Comptez-vous faire des partenariat avec des entreprises agro-alimentaires locales type Fallot etc

Il y aura quelques partenariats pour des évènements particuliers ou pour des demandes spécifiques, dont certains sont déjà prévus (Journée Porte Ouverte chez Lejay Lagoute par ex)

Comptez-vous à terme développer le concept dans d’autres villes de bourgogne ou en franche comté ?

Nous allons déjà voir comment est accueilli le concept à Dijon, mais effectivement nous y pensons.

Où peut-on vous trouver pour ENFIN connaître le VRAI goût de la frite ?

Pour les débuts, nous ne travaillerons que le week-end (vendredi, samedi et dimanche soir), du fait de nos boulots respectifs que nous avons souhaité conserver. Nous ouvrirons plus de services d’ici la fin de l’année si l’accueil du concept est bon. Nous serons le samedi et dimanche soir place du 30 octobre à Dijon (18h30-22h) et le vendredi soir sur le parking du Colruyt de Chevigny Saint Sauveur (18h30-22h).

Et pour celles et ceux qui se demandent si on y mange QUE des frites, la réponse est non évidemment : Fricadelles, hamburgers, brochettes de poulet, bières artisanales et sauces à gogo… je vous invite à retrouver la carte sur leur page Facebook en cliquant ici

 

 

 

1 Commentaire

  1. Je les trouve superbe et simpas et il on de la bonne bière et ne son avare sur la quantité des frites

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires