Ils contribuent – à leur façon – à l’élan de solidarité national, ils continuent -parfois au détriment de leur santé et de celle de leurs proches – à travailler pour nous servir, leurs entreprises souffrent de la situation, ils sont professionnels, commerçant ou de simples citoyens, ils sont confinés ou continuent de travailler : retrouvez ici les portraits de ces bourguignons qui oeuvrent pour nous en cette période de crise sanitaire du COVID-19, de ceux qu’il faut continuer à soutenir, malgré le confinement.

PANCAKES LOVERS – PORTRAIT DE LÉA

Après un BTS Commerce International, une Licence Pro en communication et deux premiers postes comme responsable communication, Léa se lance dans l’entrepreunariat à seulement 25 ans !

Léa a toujours su qu’elle aurait un jour son propre business. Lorsque l’entreprise dans laquelle elle travaille est rachetée, et après un voyage à New-York où elle découvre le pancake sous toutes ses formes : elle a le déclic ! De sa passion pour la pâtisserie et de son ambition de devenir entrepreneur est né Pancakes Lovers : bar à pancakes ! Mais alors qu’elle devait ouvrir son établissement le 18 mars dernier (annonce du confinement le 13 mars) après 6 mois de travaux dans son local – où tout a été refait à neuf – et plus d’un an de travail sur son projet, le Corona Virus et le confinement en ont décidé autrement !

C’est la douche froide pour Léa et son petit-ami – qui la soutient depuis le début – et l’angoisse s’installe ! Très vite de nombreuses questions se posent et les nuits sont bien difficiles … Un bail commercial à payer, aucune aide de l’État, puisqu’elle n’a pas encore officiellement ouvert : Léa à même pensé à la liquidation, avant même d’avoir commencé … Celle qui communique sur l’ouverture de son établissement via les réseaux sociaux depuis septembre dernier est sous le choc. Mais la jeune femme ne se laisse pas abattre et rebondit très vite ! Elle est déterminée à faire connaitre ses produits, ouverture ou non, et à se créer une clientèle qu’elle compte bien fidéliser.

Alors pour cela, et pendant toute la durée du confinement (voire plus puisque l’UMIH parle d’une ré-ouverture des commerces pour maximum 25 couverts à la fin juin), la jurassienne fera découvrir ses recettes grâce à un coffret d’assortiment de 16 mini pancakes (sucrés pour le moment mais il y a une forte demande pour le salé) disponible en livraison sur Dijon et alentours, pour 17 euros. Et le succès est au rendez-vous puisque pour la première semaine, les commandes sont quasiment complètes (à l’heure où je rédige mon article).

Il faut dire que les pancakes de Léa ont l’air très appétissant. Elle élabore elle même les recettes, à base de produits locaux (ses fournisseurs viennent principalement du jura, département d’origine de la jeune femme) et de saison. Façon tarte au citron, à la carotte, vegan ou sans gluten, sucré ou salé : il y en aura pour tous les goûts !

« Je n’ai pas ouvert donc les gens ne connaissent pas mes produits. Cette offre découverte c’est un pari pour moi, un moyen de ne pas mettre la clé sous la porte et de pouvoir payer mon bail. Et surtout, l’occasion de faire découvrir mes produits aux gens ! » 

Aidons-là à ne pas mettre la clé sous la porte avant même d’avoir ouvert : commandons son coffret découverte, en livraison les mercredis, samedis et dimanches !

Le coffret de Léa : 16 mini pancakes sucrés (peut-être bientôt salés) : 4 façons Matcha, chocolat blanc et noix de coco, 4 à la pâte à tartiner, éclats de noisettes et amandes caramélisées, 4 façon tartelette aux fraises, 4 façon tarte au citron. Pour passer commande : contact.pacakes.lovers@gmail.com en mentionnant votre nom, prénom, adresse, numéro de téléphone et jour de livraison souhaité.

Régalez-vous bien !

PAPILLES ÉPICERIE – Portrait de Pierre de Pelet

De 300 à 1 000 oeufs vendus par semaine !

Papilles est une épicerie de quartier, favorisant le circuit court et proposant une alimentation naturelle, saine et de saison. La fraicheur et la traçabilité des produits sont de mise. On y trouve des fruits et légumes, des produits frais ou sec. Les producteurs locaux sont à l’honneur grâce à Pierre de Pelet, qui a ouvert les portes de son commerce, situé rue Vaillant à Dijon il y a seulement 2 ans. Comme beaucoup de petites et récentes entreprises, Pierre de Pelet ne pouvait pas se permettre de fermer le temps du confinement. Et pourtant, papa de 3 enfants, il avait toutes les raisons de rester auprès de sa famille pendant cette période difficile pour tous. Alors il se protège, il protège aussi ses clients, afin de continuer à les servir, à les nourrir. Masque, gel hydro-alcoolique à l’entrée du magasin, restriction du nombre de personnes à l’intérieur de magasin (on entre 2 par 2) : Pierre s’organise et ne chôme pas ! Pour satisfaire sa clientèle d’habitués, et répondre aux nombreuses demandes de nouveau clients, il intensifie la fréquence de ses livraisons et redouble d’efforts pour que la pénurie ne vienne en rien perturber son travail et sa clientèle ! 144 producteurs travaillent en étroite collaboration avec Pierre et aucun ne lui a fait faux-bon en cette période difficile. Tout le monde s’adapte donc pour que la vie continue. Ce que Pierre souhaite par la suite, c’est que les bonnes vieilles habitudes ne reviennent pas au galop, que l’importance des petits commerçants et la valorisation des producteurs locaux/Français, ne soient pas qu’un lointain souvenir lorsque la vie reprendra son cours.

Papilles Epicerie, 5 rue Vaillant. Ouvert du mardi au samedi, de 10h à 13h et de 14h30 à 18h. Si vous êtes à Dijon, pensez livraison !

THE GREEN OWL – Portrait d’Alice !

Qu’est-ce que The Green Owl ?

Infirmière de bloc opératoire, Alice prend un congé parental de deux ans à l’arrivée de son deuxième enfant. Ce congé lui permet alors de se pencher sur ce qu’elle souhaite inculquer à ses bambins et surtout, sur ce qu’elle souhaite améliorer dans son quotidien : Alice pensait pratique et écologique ! Elle a d’abord commencé par faire des vêtements pour sa fille, puis
elle conçoit des cotons lavables, des serviettes hygiéniques et des protèges slips. En 2018, Alice souhaite transformer son passe-temps en son métier. Elle construit donc son projet en 2018 et enfin, en septembre 2019 né THE GREEN OWL (la chouette verte).
Si au départ elle travaille uniquement les produits « UP cycle », dans l’idée de leur donner une seconde vie, Alice s’est très vite adapter à la demande de ses clientes, qui souhaitait davantage de produits « neufs », dans le respect de ses valeurs écologiques.

La contribution d’Alice à la crise sanitaire ?

Lorsqu’on lui demande ce qu’elle pense de la situation, Alice répond :  » Je suis choquée de voir que dans un pays comme le nôtre nous devons faire appel à la solidarité et coudre des masques et des sur-blouse pour nos soignants ! Mais j’ y contribue comme je peux en répondant aux besoins des personnes qui m’entoure !  » . Alors Alice met à profit son confinement pour confectionner des masques et des calots de blocs opétatoires, qu’elle distribue aux boulangeries, épiceries, aide-soignants, infirmières ainsi qu’à la clinique où elle travaillait auparavant.

J’ai testé The Green Owl!

J’ai testé le coton lavable et réutilisable et je l’adore ! Il est doux et nettoie ou démaquille vraiment très bien. Il est vraiment agréable au contact de la peau. Les cotons lavables de chez The Green Owl sont en éponge bambou doudou oeko-tex blanche ultra douce. Ils se lavent à 40° en machine. Pensez à bien les rincer (voir les laver à la main avec du savon de Marseille) après chaque utilisation. Ils sont extremement doux et vous permettront de vous démaquiller juste avec de l’eau chaude. Slowcosmetic garantie!
Vous pouvez les utiliser aussi pour vos enfants et mettre les produits souhaités (liniment, eau micellaire…)

Les autres produits de la marque : coussinets d’allaitement, essuies-tout lavables, tissus pour remplacer le film alimentaire, protèges slips et serviettes hygiéniques lavables, anneaux de dentitions, charlottes à bol, les calots de blocs, couvertures, protèges carnets de santé, etc !

Retrouvez les produits The Green Owl sur le site Internet ou à Dijon chez Papilles Epicerie, La Vie Claire et à la Pharmacie du Canal.

CHÂTEAU DE COURBAN – Portrait de Takashi Kinoshita

Takashi Kinoshita, Chef étoilé du Château de Courban est à l’initiative d’une démarche solidaire et gourmande ! 

Vous l’imaginez sans doute, le Château de Courban, Hotel Restaurant & SPA Nuxe, a fermé ses portes lors de l’annonce du confinement. Au-delà de la période de quarantaine, l’établissement a vu toutes ses réservations de l’été annulées, un vrai coup dur pour toute l’équipe, comme pour tous les établissements français. 

Mais pour le Chef étoilé Takashi Kinoshita, il n’était pas question de rester les bras croisés. Soutenu par la direction du Château de Courban, il contacte de nombreux hôpitaux et cliniques, comme le CHU de Dijon, afin de leur proposer la distribution de plateaux repas.  Ainsi chaque week-end, depuis 4 semaines, Takashi met son temps et son talent à profit pour nos héros. « Au départ, nous faisions appel à la générosité de nos fournisseurs, mais pour eux aussi la période est compliquée, et très vite il a fallu trouver d’autres solutions pour s’approvisionner sans perdre d’argent… » m’explique Takashi. Aujourd’hui, en plus de ses fournisseurs, l’équipe de Courban est financée par l’État pour des bons d’achats chez METRO.

Très vite de nombreux autres Chefs locaux ont souhaité participer à cet élan solidaire, comme Richard Bernigaud (L’Esssentiel à Dijon), Omofumi Uchimura (Restaurant Stéphane Derbord  à Dijon) et 杉村 圭史(Keishi Sugimura)(Le Bénaton à Beaune)

La toute première opération s’est déroulée au CHU de Dijon, pour le plus grand bonheur de l’équipe soignante. Grâce à Takashi, les soignants des hôpitaux de Troyes, Chaumont, Langles, Beaune et Châtillon-sur-Seine ont aussi eu le plaisir de se régaler avec la cuisine de ces grands Chefs. Un peu de réconfort bien mérité ! A chaque édition, c’est environ une centaine de repas qui sont préparés et distribués avec amour MAIS AUSSI, dans les règles d’hygiène les plus strictes. 

« Avant de nous lancer, j’ai pu m’entretenir avec un médecin du CHU de Dijon, il fallait que je connaisse absolument toutes les mesures d’hygiènes à prendre, pour chacune des étapes, afin de ne pas risquer de contamination, ni pour les soignants, ni pour mon équipe ! » précise Takashi.

Lundi 13 avril, le Président de la République annonçait un allongement du confinement au 11 mai. On imagine alors que l’initiative de Takashi continuera, tant que possible. « Les soignants sont fatigués et à bout, on le voit bien lors de nos livraisons, alors j’aimerais que mon initiative donne des idées à d’autres Chef dans toute la France » confie Takashi

Souvenez-vous, l’été dernier je vous parlais de mon séjour au Château de Courban. J’aimerais tant pouvoir y retourner ! J’espère vivement (même si je l’imagine difficilement à ce jour) que cet été nous pourrons, nous aussi, redonner du baume au coeur à tous ces établissements qui sont dans une très mauvaise passe. Et si nous n’avons que la possibilité de rester dans nos régions respectives pour les grandes vacances, j’estime qu’il sera de notre devoir de tout faire pour redonner un peu de vie à nos établissements touristiques : en y séjournant, en réservant une table, etc … Oui, il est certainement prématuré de penser à cela, mais ça me donne de l’espoir d’imaginer ainsi la suite … Alors pour rêver un peu à vos prochains séjours en Bourgogne, n’hésitez pas à (re)lire certains de mes articles, par ici pour les restaurants et par ici pour les balades, hôtels et autres !

BRAVO Takashi et courage à tous nos héros !

1 Commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires